27/05/2017

Sommaire du blog

Bienvenue


Les Trois Collines


Les fondateurs de la Maison d'édition : Jean Descoullayes et Louis Junod


La personnalité de François Lachenal


Résister avec Traits


Ce que l'on sait de Maurice Ducommun


Domaine Français (Messages 1943)


Les relations URSS-Suisse au moment de la publication


Composition et introduction de l'ouvrage


"De l'amitié" de Ilya Selvinski

03:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

"De l'amitié" de Ilya Selvinski

J'ai trouvé bon de donner un peu plus d'information sur l'un des textes figurant dans le recueil : ce texte, c'est "De l'amitié" (daté peut être de 1932), un poème de Ilya Selvinski (Илья Львович Сельвинский pseudonyme de Karl Lvovitch, 1899-1968). C'est une figure très intéressante puisque il est le seul, parmi les poètes symbolistes, à avoir rejoint le Parti Communiste.

Le poème est traduit par Elsa Triolet - d'origine russe et belle-soeur de Maïakovski lui-même - et par Louis Aragon. Ils connaissaient François Lachenal, comme nous l'avons indiqué précédemment. Durant les années 1942 à 1944, ils sont tous deux résistants. Louis Aragon est célèbre pour son engagement et son soutien au Parti communiste français de 1927 à la fin de sa vie. Le soutenant dans ses actions, Elsa Triolet n’a cependant jamais été membre du parti communiste. Ils feront tout au long de leur vie des voyages dans les pays socialistes, et iront très fréquemment à Moscou, il est probable qu'ils aient rencontré Ilya Selvinski lors de ces voyages.  

 Source : https://ru.wikipedia.org/wiki/IlyaSelvinski et  http://aragon-triolet.populus.org/rub/ 

 

Lire le poème recopié dans son intégralité >

Lire la suite

Composition et introduction de l'ouvrage

Après tous ces articles nous permettant de mieux saisir l'univers culturel et la période historique qui a vu naitre notre objet d'étude, il est temps de rentrer dans le vif du sujet !

Composition

Domaine Russe fait 323 pages, il est composé d'un sommaire, d'une présentation rédigée par Maurice Ducommun (je vous renvoie à l'article consacré à cette figure) et des trente textes soviétiques traduits en français qu'il a choisi. Ces textes sont de diverses natures ; des poèmes, des nouvelles publiées dans leur intégralité côtoient des extraits d'oeuvres. Cet ensemble est classé selon une "chronologie des sujets" (terme utilisé dans la présentation). Des textes ne rentrant pas dans cette organisation par sujets englobent une liste d'oeuvres classées selon si elles traitent (de près ou de loin) des guerres civiles, de la N.E.P ou des Plans Quinquennaux. 

Domaine Russe, Sommaire

Photo personnelle du sommaire de l'ouvrage

 

La Présentation 

Dans l'introduction de l'ouvrage, Maurice Ducommun ne cache pas dès le départ que c'est une "périlleuse entreprise" en regrettant que la littérature soviétique est en Suisse "généralement inconnue" malgré un accès possible, puisque de nombreux textes russes traduits ont été publiés en France (Dans les Revues Commune et La Littérature Internationale par exemple) mais ne se sont pas vendus dans son pays. Ces textes ont, au moment où il rédige cette introduction, été pour la plupart "mis au pilon" alors que la Suisse romande est prise d'intérêt pour l'U.R.S.S.

Ce recueil a pour ambition dans ce contexte, de donner des "points de repères" au lecteur et non pas de dresser un tableau général. Il dresse un portrait plutôt élogieux, voire idéalisé - ça n'est pas étonnant au vu de ses convictions - du monde soviétique. Il dit en effet à quel point il approuve le rapport qu'a l'auteur soviétique avec son lecteur, il existe une "liaison organique des auteurs avec la vie des masses ordinaires". Plus loin, il explique ce qu'est le réalisme socialiste selon lui (selon une citation de Romain Rolland, il est art et action, l'auteur étant "animé d'une volonté créatrice et qui l'insuffle au peuple tout entier". 

"Des oeuvres comme celles d'Ilf et Petrov, d'Erhenbourg ou de bien d'autres montrent clairement que toute liberté est laissée pour en critiquer la mise en oeuvre" (...) "En U.R.S.S existe très intensément le sens de la collectivité et de la solidarité humaine..." (...) "Les textes qui suivent pourront révéler si la participation que les écrivains soviétiques doivent donner à l'oeuvre collective représente pour une obligation légale ou une nécessité morale". Et Maurice Ducommun rajoute à la suite comme pour y répondre que la phrase "liberté de créer" qu'employait Alexis Tolstoï permet d'éclaire cette question. 

 

Sources : Domaine Russe, Textes de la littérature soviétique, Trois Collines, 1944

 

01:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |